EVIDEMMENT FOAMDM SERA AUSSI EN GREVE LE JEUDI 9 AVRIL 2015 !

lundi 16 mars 2015 - 20:24:36 Category: Manifs/grèves Posted by  foamdm 0
Voici le courrier adressé par le N°1 de FO au premier ministre :
Voici le courrier adressé par le N°1 de FO au premier ministre :
30


PLUS D'INFOS CONCERNANT LA PARTICIPATION
DE NOTRE SYNDICAT FO-AMDM ET DES SALARIES DE LA
MUTUELLE A CE MOUVEMENT NATIONAL
DANS LES PROCHAINS JOURS...



FO, CGT, et solidaires appellent à une grève interprofessionnelle le 9 avril

mercredi 18 février 2015 - 16:43:49 Category: Manifs/grèves Posted by  foamdm 0
FO, la CGT et Solidaires appellent à une journée de grève interprofessionnelle de lutte contre les mesures d’austérité le jeudi 9 avril ont annoncé ces organisations le 17 février, à l’issue d’une rencontre intersyndicale qui a eu lieu à Paris au siège de la Confédération FO.
FO, la CGT et Solidaires appellent à une journée de grève interprofessionnelle de lutte contre les mesures d’austérité le jeudi 9 avril ont annoncé ces organisations le 17 février, à l’issue d’une rencontre intersyndicale qui a eu lieu à Paris au siège de la Confédération FO.

Par cette action qui doit permettre de « faire converger » les revendications et « exiger du gouvernement et du patronat qu’ils y répondent », il s’agit de « s’engager dans un processus de mobilisation » ont souligné les trois organisations.

Les structures syndicales invitent ainsi « les retraités-es et les chômeurs-ses à se mobiliser et appellent l’ensemble des salariés-es, du public et du privé », à cette journée de grève interprofessionnelle mais aussi à manifester. « Les modalités d’action pour manifester vont se construire d’ici le 9 avril » a précisé pour FO le secrétaire confédéral Pascal Pavageau qui participait avec Michèle Biaggi à cette intersyndicale.

Assistant à la rencontre intersyndicale, la FSU a fait part de son absence de mandat ne lui permettant donc pas pour l’instant de se prononcer sur sa participation éventuelle à la journée d’action. L’organisation donnera sa décision début mars.

Construire le rapport de force
Cette décision d’action commune contre l’austérité avait été largement évoquée au début du mois de février lors du XXIIIe Congrès de la Confédération FO qui se tenait du 2 au 6 février à Tours. En conclusion de la résolution générale adoptée à une large majorité, les 3 000 délégués avaient en effet appelé à « construire le rapport de force à même de faire reculer le gouvernement et le patronat ».

Dans ce cadre et dans le prolongement du rassemblement national du 16 décembre à Paris, organisé par FO et qui avait « permis de réaffirmer les positions et revendications », le Congrès avait donc arrêté « le principe d’une journée nationale de grève interprofessionnelle ».

Au diapason avec les propos de Jean-Claude Mailly, prônant de « passer à l’étape supérieure » pour « contrer cette austérité suicidaire », les délégués avaient acté au sein de la résolution générale la demande de « l’arrêt de l’austérité » notamment au travers du « retrait du pacte de responsabilité » mais aussi de celui du projet de loi Macron ou encore de la réforme territoriale.

A l’issue du Congrès, la Confédération FO avait pris contact avec les sept autres organisations syndicales afin d’organiser une rencontre qui jette les bases des modalités d’une action commune contre l’austérité. La CGT, la FSU et Solidaires avaient immédiatement répondu favorablement à cet appel. A l’instar de FO, la CGT évoquait dès ce début février la nécessité d’organiser une journée de mobilisation pour contester la politique d’austérité.


Manif

Actu Assurances > AIG : 115 emplois menacés en France !

lundi 15 septembre 2014 - 09:18:24 Category: Manifs/grèves Posted by  foamdm 0
La direction de la succursale française d'AIG Europ Limited a informé les instances représentatives du personnel qu'un projet de transformation de l'entité était en cours.
Aig
La direction de la succursale française d'AIG Europ Limited a informé les instances représentatives du personnel qu'un projet de transformation de l'entité était en cours. Un projet qui pourrait conduire au licenciement de 115 salariés en France.

C’est une annonce qui risque de faire du bruit dans la profession. La section assurances de la Fédération des employés et cadres Force Ouvrière (FEC-FO) annonce, ce 11 septembre, qu’un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) est à l’étude chez AIG Europ Limited, PSE qui pourrait entraîner le licenciement de 115 personnes au sein de la de succursale française de l’assureur américain, une entité qui compte 401 salariés.

Projet de transformation
Jointe par l’Argus de l’assurance, la direction d’AIG a confirmé cette annonce. «Nous avons eu un comité d’entreprise le 3 septembre dernier, au cours duquel nous avons soumis aux instances représentatives du personnel le projet de transformation concernant la France dans le cadre de la stratégie de leadership du groupe AIG», précise ainsi Nicole Gesret. La directrice exécutive marketing et communication d’AIG ajoute : «A terme, ce projet de transformation doit remplir deux objectifs. Le premier : continuer à améliorer la qualité et la réactivité de notre service client. Le second : réaliser des réductions de coûts opérationnels qui nous permettront de continuer à investir sur un marché en pleine mutation et sur les nouveaux défis auxquels nous sommes confrontés».

Pour rappel, AIG a annoncé, cet été, avoir réalisé un bénéfice net de 3,1 Md$ au deuxième trimestre (T2) 2014, en hausse de 12,9% par rapport au T2 2013 (2,7 Md$).
Manifs/grèves 18 mars: grève en perspective (cliquez SVP)
foamdm Le mercredi 05 février 2014 - 14:08:01 | 0

10 septembre: mobilisation réussie

mercredi 11 septembre 2013 - 09:35:07 Category: Manifs/grèves Posted by  foamdm Comments are turned off for this item
Les salariés, actifs, chômeurs, jeunes et retraités, ont défilé partout en France contre la réforme des retraites et sa principale mesure qui suscite une forte contestation, l’allongement de la durée de cotisation.
Les salariés, actifs, chômeurs, jeunes et retraités, ont défilé partout en France contre la réforme des retraites et sa principale mesure qui suscite une forte contestation, l’allongement de la durée de cotisation.

Augmenter les salaires, pas la durée de cotisation: tel était le principal mot d’ordre lancé par Force Ouvrière pour la mobilisation du 10 septembre 2013 contre une réforme des retraites qui pénalise les salariés, actifs et retraités, au premier rang desquels les jeunes puisque avec l’allongement de la durée de cotisation prévu à partir de 2020, les salariés aujourd’hui âgés de 30 ans et moins devront travailler jusqu’à 67 ans pour espérer bénéficier d’une retraite à taux plein… Inacceptable pour FO. Pas moins de 180 rassemblements et défilés ont eu lieu en France, à l’appel des organisations syndicales FO, CGT, FSU et Solidaires, rejointes par des organisations de jeunes, dont le syndicat étudiant UNEF et les syndicats lycéens UNL et FIDL. (lire la suite).

Montpellier : un peu moins de 3000 manifestants contre la réforme des retraites

Un peu moins de 3000 personnes ont manifesté mardi après-midi à Montpellier contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. Le cortège était composé de 2300 personnes selon la police mais de plus de 5000 personnes selon le décompte de la CGT, très satisfaite de la mobilisation (lire la suite)


Grève et manifestation du 10 septembre 2013

lundi 09 septembre 2013 - 10:38:15 Category: Manifs/grèves Posted by  foamdm Comments are turned off for this item
FO dénonce une réforme antijeunes
FO dénonce une réforme antijeunes

L’allongement de la durée de cotisation, auquel FO est opposée, va frapper de plein fouet les jeunes générations, déjà très durement impactées par le chômage. C’est pourquoi le syndicat appelle à la mobilisation le 10 septembre.


Sombres perspectives pour les jeunes: avec l’allongement de la durée de cotisation à partir de 2020, une des mesures phares de la réforme des retraites dévoilée par le Premier ministre le 27 août, ils devront attendre d’avoir 67 ans, 68 ans, voire plus pour pouvoir partir à la retraite. C’est pourquoi Force Ouvrière qualifie le projet sur les retraites du gouvernement de «réforme antijeunes». Et pourquoi la confédération syndicale appelle, le 10 septembre, à la mobilisation pour demander au gouvernement de revoir un projet dans la droite ligne des cinq réformes précédentes, également combattues par le syndicat FO (lire la suite).

Pour un assuré né en (voir ci-desous), la durée requise pour le taux plein sera de :
1958, 1959, 1960 ==> 41 ans et trois trimestres
1961, 1962, 1963 ==> 42 ans
1964, 1965, 1966 ==> 42 ans et un trimestre
1967, 1968, 1969 ==> 42 ans et deux trimestres
1970 ,1971, 1972 ==> 42 ans et trois trimestres
1973 ==> 43 ans

Et vous, à quel âge partirez-vous à la retraite ?
Cliquez ici pour calculer votre âge légal de départ à la retraite
Rejoignez nous dans l'une des nombreuses manifestations !

[youtube]
http://youtu.be/watch?v=exlaaW0Ewvw.youtube[/video]

Retraites, Emploi, Salaires, Services Publics...

mardi 09 juillet 2013 - 17:01:02 Category: Manifs/grèves Posted by  foamdm 0
Communiqué des organisations syndicales CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires
Communiqué des organisations syndicales CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires

Les organisations syndicales CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires se sont réunies aujourd’hui sur les questions des retraites, de l’emploi, des salaires, de l’avenir des services publics.

Après la conférence sociale et les concertations de l’été, le gouvernement attend le mois de septembre pour donner les grandes mesures qu’il compte prendre.

Ses premières déclarations inquiètent les salariés, les retraités et les demandeurs d’emploi, d’autant que le calendrier imposé est très resserré.

Les organisations syndicales ont déjà largement fait part de leur analyse sur le rapport Moreau et les mesures qu’elles ne sauraient accepter: tout allongement de la durée de cotisation, l’opposition public/privé, la sous-indexation des pensions et des salaires portés aux comptes.

Pérenniser le système solidaire de retraite par répartition nécessite de réparer les injustices dues aux précédentes réformes. Il faut sortir des logiques qui ont diminué le niveau des pensions et créé des inégalités notamment entre les femmes et les hommes.

L’allongement de la durée de cotisation, déjà engagé, fixe des conditions inaccessibles aux plus jeunes dont la durée d’études, de formation, de recherche d’emploi est allongée par rapport aux générations antérieures.

Le financement des retraites nécessite de construire des alternatives par l’apport de ressources nouvelles, tout particulièrement en améliorant le pouvoir d’achat des salariés et en créant des emplois.

Il est urgent d’augmenter l’ensemble des salaires, du privé comme du public, ce qui impose d’en finir avec le gel du point d’indice et de revaloriser réellement le SMIC.

Il est nécessaire de redonner confiance aux salariés, particulièrement aux jeunes générations, dans le système de retraite solidaire.

Pour changer de cap et faire face à la situation, il faut rompre avec les politiques d’austérité.

Les organisations syndicales CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires appellent à une journée nationale d’action interprofessionnelle avec grèves et manifestations le 10 septembre 2013, pour ne pas laisser les propositions du MEDEF faire la loi et pour imposer d’autres choix au gouvernement.

Montreuil, le 8 juillet 2013

Manifestation du 9 avril 2013 : plus de 1000 personnes à Montpellier

mercredi 10 avril 2013 - 10:37:31 Category: Manifs/grèves Posted by  foamdm Comments are turned off for this item
Montpellier : Plus de 1000 personnes dans les rues ...

Grève du 9 avril 2013

vendredi 05 avril 2013 - 10:37:21 Category: Manifs/grèves Posted by  foamdm Comments are turned off for this item
La manifestation à Montpellier partira du Peyrou à 15h
Tract09042013v2

La manifestation à Montpellier partira du Peyrou à 15h

Carte des manifestations et rassemblements

Aucun préavis ni autorisation hiérarchique ne sont nécessaires.

Envoyez un simple courriel à votre responsable:
"Je vous informe que je participe à la journée nationale d'action interprofessionnelle du 9 avril 2013. Vous voudrez bien décompter cette demi-journée comme telle sur mon planning".

A.N.I. : le parlement peut encore rejeter l'accord MEDEF/CFDT... Mobilisation !

jeudi 04 avril 2013 - 10:19:14 Category: Manifs/grèves Posted by  foamdm 0
L’Accord interprofessionnel invente le dégraissage en loucedé
L’Accord interprofessionnel invente le dégraissage en loucedé

Il est d’usage, dans les milieux patronaux, de critiquer l’épaisseur de Code du travail et d’en appeler à un code de vingt pages, ainsi que cela a pu s’entendre de la bouche de certains de leurs représentants lors de rencontres organisées par l’actuel ministre du Travail, à la recherche d’une caution pour porter un coup décisif à l’inspection du travail.

Si la remarque sur l’épaisseur du Code du travail n’est pas sans fondement, la critique, elle, est bien mal venue de la part des représentants du patronat. L’accroissement vertigineux de ce code au court des dernières années, et plus encore la complexification du droit, résulte essentiellement de l’intégration dans la loi des accords interprofessionnels signés par les syndicats patronaux et, au premier rang, par le Medef.

La création de la période de mobilité volontaire sécurisée dans le tout récent Accord national interprofessionnel – ANI de son petit nom ou « accord sur l’emploi » – est, à cet égard, exemplaire.

Changer temporairement d’entreprise
L’accord prévoit en effet que le salarié qui justifie d’une ancienneté minimale de deux ans dans une entreprise de 300 salariés et plus peut, à son initiative et avec l’accord de son employeur, mettre en œuvre une période de mobilité lui permettant de découvrir un emploi dans une autre entreprise.

Autrement dit, il peut demander à changer temporairement d’entreprise – parce qu’il a envie de voir ailleurs, parce que c’est une période creuse dans son activité, ou pour toute autre raison –, ou son employeur peut le lui proposer, et ils en discutent. Or, il existe, parmi le très grand nombre d’articles regroupés dans le chapitre 2 du titre IV du livre premier de la troisième partie ( !) du Code du travail, un passage donnant droit à un congé sabbatique.

Ce texte permet depuis près de 30 ans de suspendre son contrat de travail. Il permet même plus : l’employeur ne peut s’opposer, contrairement à ce qui prévu pour la période de mobilité volontaire de l’ANI, au départ du salarié. Au plus peut-il reporter de six ou neuf mois, selon la taille de l’entreprise, son départ.

Autrement dit, la période de mobilité contenue dans l’ANI, dès lors, n’apporte aucun droit nouveau au salarié. Elle ne créée aucune obligation à charge de l’employeur, puisque cette période repose exclusivement sur la négociation entre les parties au contrat de travail. Enfin, si on avait voulu modifier les conditions d’exercice de ce droit, on aurait pu faire évoluer celles qui existent d’ores et déjà pour le congé sabbatique.

Une simple redondance ?
Les cinq nouveaux articles du Code du travail dédiés au congés de mobilité sécurisée sont en conséquence, du strict point de vue juridique, dénués de tout sens. Il n’en demeure pas moins qu’ils sont chargés d’un sens, mais d’une toute autre nature.

Le retour à l’accord national permet de le dévoiler pleinement. Les dispositions correspondantes stipulées dans son article 7 se situent dans le titre dénommé « Créer de nouveaux droits pour les salariés afin de sécuriser les parcours professionnels ».

Si cela commence dans ces termes : « Afin de développer leurs compétences, les salariés souhaitent de plus en plus pouvoir changer d’emploi, mais peuvent y renoncer faute de sécurisation adaptée », la réalité dans toute sa crudité s’énonce plus bas dans ces termes :

« En cas de démission du salarié au terme de la période de mobilité […] l’entreprise est exonérée, à l’égard du salarié concerné, de l’ensemble des obligations légales et conventionnelles qui auraient résulté d’un licenciement pour motif économique. »



Un moyen de faciliter le licenciement
On voit ainsi que la période de mobilité est pensée comme s’inscrivant dans le cadre de la gestion des effectifs de l’entreprise, comme moyen de contourner les dispositions relatives aux licenciements économiques.

Il ne s’agit de rien d’autre que d’une mesure de reclassement externe en cas de réduction des effectifs, ayant pour objet d’échapper à l’ensemble des règles protectrices des salariés, tant collectives (information du comité du comité d’entreprise, établissement d’un plan de sauvegarde de l’emploi), qu’individuelles (versement des indemnité de licenciement, etc.).

Et, parce que cette période se négocie avec chaque salarié, cette mesure ouvre la porte à un traitement différenciés de ceux-ci, voire discriminatoire, sans contrôle possible des représentants du personnel.

Les ruptures conventionnelles furent elles aussi présentées comme une plus grande liberté pour les salariés. Quatre ans plus tard, elles s’avèrent être surtout un outil facile de licenciement pour les entreprises.


Bienvenue


Nom d'utilisateur ou mail :

Mot de passe :




[ ]

Derniers messages


Aucun message actuellement