Manifs/grèves

Manifs/grèves Retraites: mobilisation !

Déclaration du Bureau confédéral du 20 septembre 2010
FO a réuni ce matin l'ensemble de ses fédérations, du privé et du public, regroupant au niveau national les syndicats par secteurs d'activité.


Cette réunion était consacrée à la mobilisation du 23 septembre pour la défense des retraites.

Le premier constat est celui de l'adhésion, de la part des salariés dans les services et entreprises, à la revendication du retrait ou de l'abandon du projet gouvernemental pour rendre crédible une autre réforme des retraites préservant et améliorant les droits des salariés, notamment en matière d'âge et de pénibilité.

Le deuxième constat est celui de la nécessité, et d'une attente en ce sens de la part des salariés, de monter d'un cran supplémentaire la mobilisation face à un pouvoir qui demeure bloqué.

Pour FO cela confirme dans l'immédiat l'importance d'une mobilisation le 23 septembre plus forte que le 7 septembre. Pour FO, l'unité d'action doit être un atout pour le rapport de force.

La réussite du 23 septembre déterminera la perspective pouvant être envisagée afin d'amener le gouvernement à reculer sur son projet, l'objectif pour FO étant d'obtenir son abandon pour une autre réforme.

FO considère que la détermination et l'attente des salariés appellent une responsabilité importante des organisations syndicales au niveau national. Unité d'action, clarté et détermination seront décisives. C'est pourquoi FO a réaffirmé sa proposition aux autres organisations syndicales d'un appel unitaire à 24 heures de grève interprofessionnelle.
chevalierDeLaBarre op mardi 21 septembre 2010 - 12:12:13
Comments are turned off for this item
 Version imprimable   créer un fichier pdf de cet article

Manifs/grèves RETRAITES 23 septembre 2010
40 ANS C’EST DEJA TROP !
RETRAITES : 23 SEPTEMBRE,
EXIGER LE RETRAIT DU TEXTE GOUVERNEMENTAL


Le 23 septembre pour un vrai droit à la retraite à 60 ans sans allongement de la durée de cotisation,
EXIGEONS LE RETRAIT DU PLAN GOUVERNEMENTAL
REJOIGNEZ NOUS DERRIERE LE CORTEGE FO
LE 23 SEPTEMBRE 2010 A PARTIR DE 14H30 DEPART 15H00
A LA PLACE DE L’EUROPE
(FACE AU CONSEIL REGIONAL DEVANT LES RESTAURANTS AU BORD DU LEZ)
VENEZ NOMBREUX !!!!

Montpellier, le 16 septembre 2010
Alain CWICK LE SECRETAIRE GENERAL
chevalierDeLaBarre op vendredi 17 septembre 2010 - 15:20:42
Comments are turned off for this item
 Version imprimable   créer un fichier pdf de cet article

Manifs/grèves NOUVELLE JOURNEE D'ACTION POUR DEFENDRE NOS RETRAITES
Force Ouvrière dans l'action le 23 septembre

Après que près de 3 millions de personnes ont défilé et que des milliers de grévistes ont protesté contre le projet de loi sur les retraites, le gouvernement veut imposer son projet en se contentant de quelques mesurettes.


Force Ouvrière maintient son exigence de retrait du projet de loi.


Elle sera dans l'action le 23 septembre avec les autres organisations syndicales sur son propre mot d'ordre.
chevalierDeLaBarre op jeudi 09 septembre 2010 - 18:41:06
Comments are turned off for this item
 Version imprimable   créer un fichier pdf de cet article

Manifs/grèves MOBILISATION POUR LA RETRAITE
La grève est une action collective consistant en une cessation concertée du travail.
Cette action vise à appuyer les revendications des salariés en faisant pression sur le gouvernement par la perte de production que la cessation de travail entraîne.
Il s'agit d'une épreuve de force qu’il faut mettre en œuvre afin d’exercer un contre pouvoir face au projet de réforme scandaleux proposé par notre gouvernement.


Ne vous en remettez pas aux autres pour agir. Chacun d’entre nous doit se battre pour garder les droits que nos parents et arrière grands parents ont chèrement acquis.
Si nous ne sommes pas en mesure de perdre une demi-journée de salaire pour nous faire entendre et sauver nos retraites, nous mériterons les retraites qui nous sont proposées.


Le 7 Septembre 2009 ne restez pas inactifs, joignez le rang des grévistes et faites entendre votre voix haut et fort.

Pour les montpellierains, rendez-vous derrière le camion FO, Rue Leon Blum (Antigone) à 14 h 30 (arrivée au Peyrou).

Pour les autres villes, veuillez consulter cette liste.


foamdm op mercredi 01 septembre 2010 - 17:44:01
Comments are turned off for this item
 Version imprimable   créer un fichier pdf de cet article

Manifs/grèves 7 septembre défendons la retraite !
RETRAITES : 7 SEPTEMBRE,

EXIGER LE RETRAIT DU TEXTE GOUVERNEMENTAL


FORCE OUVRIERE HERAULT réaffirme qu’elle participera pleinement
aux actions et manifestations du 7 Septembre sur la base de
l’exigence de retrait ou d’abandon du texte gouvernemental.

Elle regrette que cette revendication n’ait pas été retenue par les
autres organisations syndicales car elle a le mérite de la clarté.

Quand un texte ne convient pas et que le gouvernement ne veut
pas le modifier sur l’essentiel (passage de 60 à 62 ans et de 65 à 67
ans) il faut abandonner ce texte pour construire une autre réforme
respectueuse des besoins sociaux pour les générations actuelles et à
venir.

Fidèle à ce qu’elle explique depuis plusieurs semaines, FORCE
OUVRIERE continuera à militer en ce sens, y compris dans la
manifestation de Montpellier et grèves du 7 Septembre 2010 et
appelle les salariés à soutenir cette revendication.


chevalierDeLaBarre op jeudi 26 août 2010 - 10:52:29
Comments are turned off for this item
 Version imprimable   créer un fichier pdf de cet article

Manifs/grèves RETRAITES mobilisation le 7 septembre 2010
C'est bientôt les vacances scolaires !
Durant les mois de juillet et août nous continuerons de poster des "news" si l'actualité le nécessite (avancement significatif des différentes négociations syndicales en cours (ancienneté, souscription le samedi), compte-rendu de réunions CE, DP s'il y a lieu).
Mais un rendez-vous important est d'ores et déjà pris pour la rentrée, et c'est avec plaisir que FO-Mutuelle des Motards vous donne la date des prochaines grèves et manifestations intersyndicales contre le projet de réforme des retraites:




APPEL À LA MOBILISATION LE 7 SEPTEMBRE

Les syndicats, à l’exception de la CFE-CGC, ont décidé d’un «journée nationale de grèves et de manifestations le 7 septembre 2010, au moment où s’ouvrira le débat parlementaire».

La CGT, FO, la CFTC, Solidaires, la FSU et l’Unsa, lors de leur réunon, mardi, ont souligné que les salariés ont, dans leurs grèves et manifestations, «réaffirmé leur opposition au projet de réforme injuste et inacceptable du gouvernement, notamment au report brutal des âges légaux à 62 et 67 ans».
FO, lors du point de presse qui a suivi la réunion, a rappelé qu’elle appelait au «retrait» du plan gouvernemental. Solidaires et la FSU ont exprimé la même position.


Voici le texte adopté:

CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA

Communiqué des organisations syndicales du 29 juin

Ces dernières semaines, les salariés du public et du privé, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités se sont mobilisés de plus en plus massivement sur les retraites, notamment le 24 juin 2010. Ils ont réaffirmé leur opposition au projet de réforme injuste et inacceptable du gouvernement, notamment au report brutal des âges légaux à 62 et 67 ans qui pénalise particulièrement les salariés ayant commencé à travailler jeunes et ceux ayant eu des carrières chaotiques et incomplètes. Cette réforme n’apporte, par ailleurs, pas de réponse sur le plan de la pénibilité. Elle aggrave les inégalités entre les hommes et les femmes.

Les organisations syndicales dénoncent la campagne médiatique précipitée du gouvernement qui travestit la réalité du projet.

Cette réforme, une des plus dures d’Europe, arrive dans une situation économique dégradée où le chômage est en hausse continue et touche plus fortement les jeunes et les seniors. Les politiques de rigueur se généralisent dans toute l’Europe en aggravant les inégalités et hypothèquent fortement toute reprise.

Des initiatives intersyndicales viseront à interpeller le gouvernement et ses représentants, aux niveaux national et local, le 13 juillet, jour du Conseil des ministres qui adoptera le projet de loi. Durant l’été, les organisations syndicales interpelleront les parlementaires.

Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA vont poursuivre leur action tout au long du processus législatif de la réforme des retraites.

Elles décident d’une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations le 7 septembre 2010, au moment où s’ouvrira le débat parlementaire. Elles appellent tous les salariés du privé et du public, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités à construire ce jour une mobilisation d’ampleur.

chevalierDeLaBarre op mercredi 30 juin 2010 - 09:49:54
Read/Post Comment: 0
 Version imprimable   créer un fichier pdf de cet article

Manifs/grèves Déclaration de la Commission exécutive confédérale du 21 juin 2010


La Commission exécutive confédérale se félicite du succès de la journée du 15 juin qui a rassemblé 70.000 manifestants à Paris, la plus importante manifestation Force Ouvrière depuis longtemps. De ce point de vue le 15 juin est historique.

Ce résultat montre la détermination de Force Ouvrière et marque, pour la Commission exécutive, la première étape d’une mobilisation indispensable pour obtenir le retrait du projet gouvernemental en matière de retraites.

La Commission exécutive confirme que ce projet est profondément injuste au plan social et inefficace au plan économique. Il se situe dans la droite ligne du plan d’austérité qui veut faire payer aux travailleurs une crise dont ils ne sont en rien responsables.

La Commission exécutive rappelle que Force Ouvrière est opposée à tout report du droit à la retraite à 60 ans et ses conséquences, à tout allongement de la durée de cotisation, à toute remise en cause du code des pensions et revendique des ressources nouvelles pour le financement des retraites et de la pénibilité au travail dans le privé et dans le public, ce à quoi ne répondent pas les soi-disant ouvertures du gouvernement.

Face à un projet que le gouvernement affirme inamovible sur l’essentiel, la Commission exécutive approuve la décision du bureau confédéral de ne pas s’être rendu à une concertation alibi.

La Commission exécutive marque la détermination de Force Ouvrière à s’engager pleinement pour un retrait du projet gouvernemental et sa volonté de tout mettre en œuvre pour y parvenir.

Concernant les modalités d’action, la Commission exécutive confirme, compte tenu de l’expérience, que si les manifestations ne suffisent pas, la nécessité d’une journée de grève interprofessionnelle reste posée.

Pour la Commission exécutive, le mot d’ordre de retrait du projet gouvernemental permet de rassembler clairement les salariés et de solidifier une action commune. D’ailleurs, d’ores et déjà, au niveau local, dans des entreprises ou des administrations, un tel mot d’ordre permet une action commune ou conjointe. Ce qui est possible localement doit l’être nationalement.

La Commission exécutive appelle ses structures à militer, expliquer et convaincre à tous les niveaux pour qu’une telle action commune puisse se généraliser à la rentrée. C’est ce que Force Ouvrière expliquera aux autres syndicats lors de la réunion du 29 juin.

Adoptée à l’unanimité.

foamdm op mardi 22 juin 2010 - 14:53:05
Comments are turned off for this item
 Version imprimable   créer un fichier pdf de cet article

Manifs/grèves Ce mardi 15 juin, FO était en grève et manifestait à Paris
Ce mardi 15 juin, FO était en grève et manifestait à Paris
Retraite à 60 ans, 40 ans de cotisation c'est déjà trop !


Fo Bastille

DISCOURS DE JEAN-CLAUDE MAILLY EN FIN DE MANIFESTATION LE MARDI 15 JUIN 2010

Nous sommes aujourd’hui plus de 70.000 à manifester à Paris et à avoir répondu à l’appel lancé par Force Ouvrière à cette manifestation et à 24 heures de grève interprofessionnelle.

Nous avons même mobilisé au-delà de nos rangs, ce qui montre que sur des bases claires, une unité d’action est possible. Je salue ici tous les militants Force Ouvrière, je salue aussi la présence de militants d’autres organisations et la solidarité de nos camarades belges.

Demain, le gouvernement va sortir son projet de loi sur les retraites. Mais cela fait quelques semaines qu’il multiplie les annonces.

Le gouvernement fonctionne comme une distillerie: il fait s’écouler les annonces au fil des jours, mais on verra qui, à terme, se réveillera avec la gueule de bois.

Nous savons d’ores et déjà que ce projet sera injuste et inacceptable socialement, dangereux et inefficace économiquement.

Il se situe dans la droite ligne des plans de rigueur ou d’austérité mis en place un peu partout en Europe. Il s’agit de faire payer aux travailleurs, du public et du privé, la réduction des dettes publiques et sociales qui ont explosé pour venir en aide aux banques, aux institutions financières et faire des plans de soutien. Pour les populations, c’est la triple peine.

Les travailleurs sont déjà victimes d’un système capitaliste qui a fait exploser les inégalités. Ils payent ensuite lourdement l’arrivée de la crise dans leurs emplois et leurs salaires. Ils risquent enfin de payer, à travers la remise en cause de leurs droits sociaux et des services publics, la soi-disant sortie de crise.

Cela fait plusieurs semaines que nous expliquons que les retraites, c’est la mère des revendications. Tout simplement parce que le gouvernement en a fait la mère des contre-réformes. Prévu initialement en 2012, le dossier est mis sur la table dès 2010 pour donner des gages et satisfactions aux intervenants financiers et à leurs satellites, les agences de notation.

Aujourd’hui, pour Force Ouvrière, l’urgence ce n’est pas les retraites, l’urgence c’est l’emploi, la politique industrielle, le pouvoir d’achat, la consommation et la croissance, la réforme fiscale et les services publics.

Mes chers camarades, le gouvernement est plus attentif à l’évolution des taux d’intérêt qu’à celle du chômage. Il préfère prendre le risque de la récession plutôt que d’affronter les spéculateurs. Il préfère accepter un durcissement du pacte de stabilité et de croissance européen que d’exiger une Europe de progrès social et de croissance économique.

Ce que l’on constate, en France comme ailleurs, c’est qu’au-delà des discours, les gouvernements suivent les marchés, n’arrivent pas à les réglementer. Ce que l’on constate, c’est que la politique se fait à la corbeille et que, fondamentalement, la démocratie est victime du système financier.

De porteurs de projets à long terme, les gouvernements sont devenus exécutants, à court terme, des donneurs d’ordres financiers. Pour nous, il y a un lien entre la politique économique et sociale et le dossier retraites. C’est parce que le gouvernement met en place l’austérité, qu’il remet en cause les retraites. En France comme ailleurs, la rigueur c’est l’austérité pour la grande masse de la population et la préservation de l’opulence pour les riches.

C’est pourquoi, depuis le début, Force Ouvrière a clairement affiché ce que nous ne voulions pas et ce que nous voulions.

Mes chers camarades, je le confirme aujourd’hui:

Nous disons non, non à tout report au-delà de 60 ans du droit à la retraite.

Nous disons non, non à tout nouvel allongement de la durée de cotisation. Il faut dire clairement les choses. Accepter tout allongement de la durée de cotisation, c’est renoncer au droit à la retraite à 60 ans. Les deux vont de pair. C’est pareil pour le gouvernement quand il dit vouloir préserver le pouvoir d’achat sans augmenter les salaires et en accroissant les retenues salariales.

Nous disons non, non à une remise en cause du code des pensions civiles et militaires. Accepter de fusionner public et privé, c’est renoncer à la fonction publique républicaine, c’est soutenir la révision générale des politiques publiques.

Le seul problème sur les retraites est un problème financier. Alors, il faut le régler par des mesures de financement et des ressources nouvelles.

Et c’est ce que nous demandons à travers, par exemple, une augmentation de la CSG à condition que celle-ci pèse plus sur les revenus du capital et les revenus financiers, une assiette de cotisations sociales intégrant la valeur ajoutée, une taxation plus forte des dividendes, le paiement à taux normal des impôts sur les bénéfices, une contribution plus forte sur l’intéressement et la participation, une taxation accrue des stocks options, une remise en cause du bouclier fiscal et de la loi TEPA, la suppression de niches fiscales concernant les plus aisés. Plus de salaires et plus d’emplois, c’est aussi plus de recettes.

Le gouvernement a réussi à dégager des milliards pour la taxe professionnelle ou la baisse de la TVA sur la restauration et il n’en trouverait pas pour financer les retraites! Cherchez l’erreur.

Nous demandons aussi que les mesures de solidarité nationale (ex: compensation des régimes de non salariés) soient assumées par la solidarité nationale, non par les seuls salariés. Cela représente 4,4 milliards d’euros par an.

Tout cela nécessite une grande réforme fiscale d’autant plus nécessaire et indispensable que la crise se traduit par une explosion des inégalités, une pauvreté croissante chez les actifs et les inactifs, une pression accrue sur les classes moyennes.

La fiscalité n’est pas, comme le fait le gouvernement, prioritairement à destination des entreprises et de la compétitivité. Elle doit avant tout, dans la république sociale, être un outil de redistribution, de réduction des inégalités et de financement des services publics. Or, il faut savoir que les actionnaires vont percevoir cette année autant qu’en 2007, avant la crise. Or, il faut savoir que les entreprises cotées en bourse payent, aujourd’hui, autant de dividendes que d’impôts et de cotisations, c’est une première.

Mes chers camarades,

Alors que l’espérance de vie en bonne santé est de 63 ans pour les hommes et de 64 ans pour les femmes,

Alors que nombre de seniors sont au chômage ou en inaptitude,

Alors que les jeunes sont au chômage ou en situation de précarité croissante,

Alors que le recul de l’âge de la retraite réduit l’espérance de vie,

Alors qu’aujourd’hui 65% des salariés peuvent partir à 60 ans,

Alors que de nombreuses femmes, pour ne pas avoir de décote, sont déjà obligées d’attendre 65 ans,

Reculer les âges de 60 ans et de 65 ans, comme le veut le gouvernement et le MEDEF, et/ou allonger la durée de cotisation, relève de la provocation sociale.

Par exemple, reculer à partir de 2011 d’un trimestre par an au-delà de 60 ans, c’est obliger quelqu’un qui a aujourd’hui 56 ans à travailler 1 an de plus, quelqu’un qui a 52 ans à travailler 2 ans de plus.

On a fait des primes à la casse pour mettre plus rapidement hors d’usage des véhicules.

On veut, aujourd’hui, user plus longtemps les salariés pour ne pas avoir à payer leurs retraites.

On veut obliger les plus anciens à rester au travail dans le même temps où l’on veut aussi diminuer les crèches et les maternelles. En quelque sorte, ce sont les bébés à la consigne et les anciens à l’usine!

On refuse d’augmenter les salaires mais on veut augmenter les cotisations sociales, ce qui réduit le pouvoir d’achat, l’activité économique et l’emploi.

On est à des années lumières du travailler plus pour gagner plus.

On rentre dans le travailler plus pour gagner moins et pour vivre moins longtemps.

Exiger, par ailleurs, pour la pénibilité, une individualisation des dossiers, c’est dégager la responsabilité de l’employeur et faire reposer celle-ci sur le médecin. Cela aussi, c’est inacceptable.

De même, appeler à une politique plus sécuritaire et remettre en cause le service actif pour les policiers ou les agents de la pénitentiaire, tout en refusant de recruter, c’est mettre encore plus leurs vies en danger.

Vouloir opposer le public et le privé, les jeunes et les anciens c’est peut être une conception marketing de la politique, ce n’est en rien conforme au pacte social et républicain. Solidaires, privé et public le sont aujourd’hui et le seront demain.

Solidaires, les jeunes le sont et le seront avec les anciens.

Alors que la crise est loin d’être terminée, il appartient aux travailleurs d’exiger de se faire respecter.

Aujourd’hui, Force Ouvrière et d’autres organisations comme le SNETAA et la FGAF, comme d’autres militants d’autres organisations, nous prenons nos responsabilités.

Faire reculer le gouvernement et le parlement nécessite action commune et détermination.

Par honnêteté vis-à-vis des travailleurs, cela doit se faire dans la clarté des revendications et des moyens d’action.

C’est depuis plusieurs mois la ligne de conduite de Force Ouvrière et cela le restera. Voila, par exemple, ce que nous écrivions il y a un an, en mai 2009:

«Il n’y aurait rien de pire que de continuer à raisonner et à agir avec les règles du passé, celles qui ont mené l’économie dans le mur. Celles et ceux qui, hier, fustigeaient le poids des dépenses publiques et sociales comme rigidité et frein à la compétitivité se félicitent aujourd’hui de leur rôle d’amortisseur social. Il ne faudrait pas que, demain, ils expliquent que ces dépenses freinent la reprise et qu’ils engagent illico un programme drastique de réduction conduisant, par exemple, à réduire la couverture d’assurance maladie et à repousser l’âge de la retraite».

Et bien nous y sommes!

Alors, aujourd’hui je lance un appel. Déterminés, nous le sommes, déterminés nous le resterons pour refuser une contre réforme, rejeter tout report au-delà de 60 ans, rejeter tout allongement de la durée de cotisation, rejeter toute remise en cause du code des pensions et exiger une répartition plus égalitaire des richesses produites.

Défendre les retraites aujourd’hui, c’est défendre aussi demain l’assurance maladie.

La détermination s’accompagne du pragmatisme. Nous ne sommes pas amnésiques et nous nous souvenons de 2003 et de 2009 où le flou sur les revendications et sur les modalités d’action n’a pas permis une victoire.

Alors oui, l’action commune est un levier d’espoir pour les travailleurs.

Après l’annonce du plan gouvernemental, cette action commune ne pourra se concevoir qu’avec ceux qui revendiquent clairement un retrait du plan gouvernemental.

Ce que nos camarades espagnols sont en train de construire, ainsi que d’autres, c'est-à-dire une journée de grève en appel commun, pourquoi nous ne pourrions pas le faire en France?

La défense des retraites mérite cette grève. C’est une question d’efficacité, de détermination, de respect.

Mes chers camarades, pour défendre les retraites, «grève, we can!».

Alors mes chers camarades, débattez-en dans vos entreprises et administrations, pour construire un vrai rapport de forces.

Vive la solidarité;

Vive la retraite par répartition;

Vive la liberté;

Vive l’indépendance;

Et vive la république sociale!
foamdm op lundi 14 juin 2010 - 09:01:29
Read/Post Comment: 0
 Version imprimable   créer un fichier pdf de cet article

Manifs/grèves Grève interprofessionnelle du 15 juin
Affiche15juin
foamdm op mardi 18 mai 2010 - 15:50:55
Comments are turned off for this item
 Version imprimable   créer un fichier pdf de cet article

    1er MAI 2010
mardi 27 avril 2010 - 18:08:41 Comments are turned off for this item 

Aller à la page  1 2 3 4 5 6 7 8 9 
Derniers messages

Aucun message actuellement

© FO Mutuelle des Motards